II. LE POUVOIR DES COULEURS (2)

Publié le par Philtomb

  2. Autres révélations.


  Rainbow était revenu dans la pièce à l'atmosphère feutrée qui était le lieu d'où White dirigeait le pays. Le pan de mur recouvert par les écrans vidéo déversait toujours son flot continuel d'images. A l'opposé, White se tenait debout devant la vaste baie vitrée.

  Il contemplait. Il voyait. Il scrutait le moindre grain de lumière et de couleur, jusqu'à l'horizon. Il ne se retourna pas pour parler :

 - Tu le savais, Arthur ... Nous le savions, toi et moi : notre monde n'était pas leur monde. Nous l'avions enfin : nous possédions le pouvoir des couleurs ...

 - Une expérience, White, une sacrée fichue expérience ! explosa Rainbow. D'accord, j'étais ton principal soutien à la présidence ... Mon dieu ... mais c'était il y a combien ? Quinze ans ?

 - Dix-sept.

 - Ce temps, nous devions reconstruire, "un autre monde" comme ils disaient. Tu avais pourtant des idées, White. Plus que de l'ambition, une véritable conception d'ensemble, mais tu as changé ... et tout a changé !

  Rainbow avait dit ces derniers mots en se tenant la tête entre les mains. Il poursuivit :

  - C'était donc çà ton idée ? Les couleurs ... Avais-tu le droit, président ? hurla-t-il encore.

  - Qu'est-ce qui te prend, Arthur ? s'emporta White. Dois-je te rappeler que c'était ton idée ? Les couleurs, l'importance des teintes : ton œuvre, Arthur. N'oublie pas ta propre philosophie, celle de ton Encyclopédie. Moi, je t'ai compris ... Voyons, que disais-tu ? Il existe un monde des couleurs comme il existe un monde des formes, nous vivons naturellement dans un monde coloré, et notre être en reçoit les manifestations, comme un miroir ; il s'en pénètre et réagit instinctivement en conséquence. Ce sont tes mots, Arthur.

  - Quoi te dire, White ... Rainbow se surprit à esquisser un vague sourire.

  Rainbow observa White : il rayonnait. Et pourtant, il continuait de regarder à l'extérieur ; Rainbow ne pouvait pas voir ses yeux.

  Il s'écoula quelques secondes avant que le lourd silence ne soit de nouveau rompu. Cette fois-ci, le président s'était retourné :

  - Voyons, Arthur, c'est toi qui m'as toujours ouvert les yeux ! Il est vrai qu'au jour d'aujourd'hui ces mots peuvent te sembler cyniques ou méprisables, mais ils ne font que transcrire la réalité. La réalité d'il y a vingt ans autant que celle d'aujourd'hui. Arthur ... Encore tes mots : nous savons qu'un angle vif est susceptible de nous choquer dangereusement, qu'une boule roule tandis qu'un cube posé demeure stable. Ceci paraît simple et évident. Pourquoi ne paraît-il pas aussi simple et naturel de penser qu'une nuance terne ou brune évoque la monotonie ou la tristesse, qu'une caisse claire de mêmes dimensions et de même poids qu'une caisse sombre paraîtra cependant moins lourde. Pourtant l'esprit refuse d'admettre que la Couleur, celle de la lumière, joue un rôle psychologique considérable ...

  Rainbow le coupa, calmement mais toujours avec un soupçon de colère dans le ton :

  - Président White, ne me faites pas un cours, je vous en prie ! Je connais chacun de ces mots ... et je reconnais que tu es devenu - de loin - mon meilleur disciple. Mais tu fais erreur ! Erreur ! Tu détournes les mots des actes, les buts à prouver des expériences à faire pour amener ces preuves ! Désolé, White, mais je ne peux pas être d'accord. J'ai essayé de t'apprendre les règles, les codes, puis de te guider pendant l'exercice de mon ministère. La Culture, quelle ironie ... quelle bêtise plutôt ! Cela fait des millénaires que l'homme, ressentant plus ou moins confusément le pouvoir du message des couleurs, a associé celui-ci, et donc ces dernières, à des concepts, à des sentiments, des signes, et a été jusqu'à créer, parfois, un véritable langage des couleurs que connaissent même, d'autres manières, les animaux.
  Dans l'ancien monde, avant toi, White, la vertu et le pouvoir des couleurs, maintes fois étudiés et décrits, étaient connus de beaucoup. Mais, là comme ailleurs, certains en avaient exagéré les caractères, et la suspicion vint s'en mêler : artistes, psychologues, philosophes ou scientifiques, aucun d'entre eux ne tombait réellement d'accord avec les autres sur l'ensemble des forces que l'on pouvait accorder à chaque teinte ...
  Ils avaient pourtant saisi l'essentiel : la perception est le plus important des cinq sens humains, celui que l'on cite en premier, surtout dans une société où la couleur est reine, de par les images du quotidien. La perception influence tous les autres sens : les couleurs sont présentes lorsque nous ouvrons les yeux, l'aveugle se les rappelle ou les imagine. Les couleurs sont le monde réel, notre monde, la vie !
  Ils avaient presque achevé leur quête ... et puis ...

  - Et oui, Monsieur le Professeur Arthur Rainbow : "et puis". Et puis le Dernier Conflit éclata. Personne ne sut comment, ni réellement pourquoi, mais leur monde faillit y périr à jamais. Et lorsque survint la Reconstruction, il fallut de nouvelles idées, les anciennes étant rejetées par les rares survivants, qui en étaient arrivés à brûler les livres ! Alors je leur ai apporté "tes" idées, Arthur, les meilleures. Et je les ai appliqué, à la lettre ! Et cela fonctionne sans accrocs depuis quinze ans : ne renie rien, Arthur, tu avais plus que raison ... Imagine, quinze ans de paix et de tolérance, qui aurait pu penser, formuler ou présager un meilleur destin ...




Les couleurs qui font vendre...

Sources : dossier de
Lintern@ute : http://www.linternaute.com/acheter/dossier/couleurs-qui-font-vendre/index.shtml

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article