II. LE POUVOIR DES COULEURS (10)

Publié le par Philtomb

  17. Nuit américaine


  Emerald avait séché ses larmes ; dans son âme, toutefois, une rancœur inexpugnable gagnait progressivement tout son être, ainsi qu'une haine farouche envers le système White. Si seulement elle avait pu lui dire sa manière de penser... Lemon Yellow faisait tout ce qu'il pouvait pour la réconforter, tout en repensant aux dernières paroles de la Commandante Flag. L'explosion de l'Observatoire avait du déclencher ou réenclencher quelque chose, un quelconque mécanisme complexe du cerveau qui lui permettait enfin de voir le monde tel qu'il était. Sa vision en un jaune omniscient avait viré en une palette beaucoup plus large de couleurs : il en déduisait, en dépit d'une vision encore brouillée, que les fameux coloris indiqués par les livres qu'il cachait dans sa chambre étaient enfin présents autour de lui : le jaune et le noir, oui, mais également le vert, le rouge, le bleu. Emerald lui paraissait très différente, habillée dans une autre teinte que lui, qu'il semblait avoir vu par terre dans les collines avant son arrivée dans le campement de la résistance.


  L'heure du débriefing avait sonné et un soldat vint chercher les deux adolescents pour les acheminer dans une autre tente, où étaient déjà assis une cinquantaine d'hommes et de femmes. En face d'eux était dressés un écran, un ordinateur portable et un vidéo projecteur alimentés par une petite batterie solaire. La commandante Flag discutait avec deux hommes probablement responsables des deux opérations auxquelles Lemon et Emerald avaient assisté : la destruction de l'Observatoire et leur propre enlèvement. La commandante, apercevant du coin de l'œil les adolescents, se tourna promptement vers l'assemblée et fit un geste pour ordonner d'allumer le vidéo projecteur :

  - Bien ! Maintenant que tout le monde est réuni, nous pouvons déjà saluer la pleine réussite de notre Opération Flash. L'Observatoire ne sera pas fonctionnel avant de longues semaines, et ne donnera donc plus la position des véhicules motorisés pendant le même laps de temps. Il est bien sur à craindre que des patrouilles de blousons noirs quadrillent la zone mais nous nous réfugieront si besoin est dans nos bases arrières...

  Veuillez désormais regarder cet écran je vous prie...

 Un plan de la ville apparut, zone par zone et rue par rue. Lemon n'en avait jamais vu jusqu'à ce jour, lui qui ne connaissait qu'une partie de l'ensemble de la périphérie de la ville et de la zone céréalière. La zone jaune. Il avait l'impression étrange d'avoir été maintenu pendant des années dans le noir en plein jour, et tenta de se remémorer des détails, quelque chose qui ne se rattache pas à cette unique zone. En vain.
 Flag poursuivait son explication :

 - Le plus difficile reste à faire : attaquer le Cube et détruire définitivement le réseau de lampes luminophobiques de la Cité... Pour se faire, il nous faut une solide diversion et au moins deux angles d'intrusion, dont un par voie aérienne.

  Un grondement de l'assemblée se fit entendre, manifestant autant son impatience que son caractère dubitatif. Flag attendit que la clameur retombe et expliqua :

 - Notre première cible prioritaire est l'aéroport, et notre seconde le réseau électrique - à l'écran, des images défilèrent de différents lieux, pris à niveau d'homme et peu ou mal cadrées - ; et c'est là que nos charmants amis interviennent...

 Lemon et Emerald se regardèrent, interloqués.



  18. Flamme


  Chaleur. Combustion.

 


L'incendie de San Francisco (1906)

Sources :
http://www.alertes-meteo.com/catastrophe/tremblement-de-terre-de-san-francisco.htm

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article