II. LE POUVOIR DES COULEURS (12)

Publié le par Philtomb

  21. Nuit de feu


  White contractait dans son gant blanc la dernière dépêche retransmise par l'homme au visage en losange, son secrétaire particulier, qui était aussi son garde du corps et le chef des blousons noirs. Il irradiait d'une tension palpable et potentiellement dangereuse, que la nouvelle conjuguée de la destruction de l'Observatoire, de la disparition de deux adolescents et de mouvements rebelles dans les collines, envenimait de seconde en seconde.

  C'est ce moment que choisit la sirène d'alarme du Cube pour se déclencher.

 White bondit dans le couloir et sentit une fumée acre qui longeait les coursives blanchâtres de ses appartements privés. L'aile Est du bâtiment semblait être subitement dévorée par des flammes surgies de nulle part, qui brillaient et se reflétaient sur la grande place présidentielle tel un feu follet joyeux dans la nuit tombante. A cette heure, seul le personnel militaire chargé de la surveillance du bâtiment était présent, ainsi que quelques officiers plongés dans d'épais dossiers, et qui furent tout à fait heureux d'être extraits accidentellement de leur paperasse respective.

 Il n'y eut aucun mouvement de panique, mais le feu gagnait rapidement en intensité, en dépit du système anti-incendie installé dans les faux plafonds, et une foule de curieux et d'inquiets vint s'amasser autour du bâtiment, attendant la suite des évènements. Parmi eux, le Glacier cachait du mieux qu'il pouvait un sourire goguenard, comme un homme satisfait du devoir accompli, même s'il n'était pour rien dans les causes du sinistre.

 Devant lui, le Cube craquait et résonnait étrangement, comme un étrange concert d'insectes tourbillonnants dans une pièce close.




  22. Rouge sang


  Le blouson noir éructa, porta ses mains à son cou et s'effondra sur la moquette bleue du bureau de Light Blue, une paire de ciseaux enfoncé dans le cou sous l'oreille gauche. Une mare de sang jaillissait de la profonde blessure sous les yeux de celui qui n'avait pas hésité à frapper lorsque l'homme avait détourné son attention. La sirène d'alarme lui avait été fatale, mais Light n'avait plus le choix : l'homme venait clairement l'arrêter, portant encore dans une main le mandat d'appréhension à son nom.

  Décidément, quand il s'agissait d'investigations policières, de rafles et de tortures, les choses allaient toujours très vite. Trop vite.

  Light Blue vola l'arme et le trousseau de clés du garde, ainsi que son badge, traina le corps derrière le bureau, lança l'effacement complet de son ordinateur jusqu'à provoquer un écran bleu, puis passa la porte en ne jetant aucun regard sur son passé.

  Il se retrouva à fuir dans le couloir central de la sous-section Archives cinématographiques, seul, mais entendant les nombreuses clameurs lointaines émanant de l'aile Est. Il ne croisa que deux officiers et un soldat qui se précipitaient vers la sortie de secours située à deux niveaux de là...

 Seul.

 Alors il courut vers la sous-section à l'Energie, indiquée par des panneaux à rayonnement lumineux situés aux intersections des couloirs.

 Une lumière blafarde se jeta sur lui quand les générateurs de secours prirent le relais de l'allumage électrique classique, coupé par mesure de sécurité.

 Solitaire mais résolu...

 Sur sa veste, de petites gouttelettes de sang indigotées émaillaient sa manche droite et les ciseaux alourdissaient sa poche du même côté.

 




Transfusion sanguine


Sources :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Transfusion

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

iris 07/08/2008 22:39

voilà je suis revenue
original récit
j'aime bcp
Iris