III. LA LIBERTE DES COULEURS (2)

Publié le par Philtomb

  2. Colors of Night


  Les flammes dévoraient encore une bonne partie de l'aile Est du Cube, en dépit des trombes d'eau que les pompiers faisaient pleuvoir sur elles, dans un arc irisé provoqué par les puissantes illuminations de la place présidentielle.

  White contemplait le sinistre d'un air résolu, tandis que les flammes de la nuit dansaient sur son visage : contrairement à l'avis de son conseiller, il ne souhaitait pas faire d'allocution télévisée - dans l'ancienne époque, il aurait en outre dû répondre à quelques questions de journalistes... - ni apparaitre d'aucune manière en public. L'incendie était purement accidentel, lui avait-on assuré, et ce qui l'inquiétait réellement à l'heure présente était les conséquences de la destruction de l'Observatoire. Que cachait cette attaque ? Y avait-il un rapport avec la disparition des deux adolescents, dont l'un au moins travaillait justement dans les collines ?

  Arthur Rainbow demeurait silencieux près de lui, escorté par deux blousons noirs qui se tenaient en retrait à un mètre derrière le président.

  - Arthur, que nous arrive-t-il ?

  White ne s'était pas retourné pour parler à son frère captif, et c'était la première fois qu'il employait son prénom, comme un souvenir extrait de nulle part et qui aurait été subitement ravivé par le feu.

  - Le mouvement perpétuel de l'Histoire du pouvoir autocratique, sans doute... Ascension, établissement et ruine ou chute. Rien de neuf je suppose, poursuivit White avec mélancolie. L'homme n'est pas fait pour durer, quoi qu'il fasse : seuls subsistent son nom et ses actes, mais selon le bon vouloir et l'interprétation des générations futures. Je n'ai pas de successeur désigné... à part toi !

 - La question n'est pas là, répondit Rainbow, car outre les convictions personnelles, ton gouvernement pose un problème éthique et moral : la censure et le contrôle des mouvements de population, l'emprisonnement et la torture sont des moyens que tu as dépassé. L'aliénation par les couleurs est bien plus terrible que tout ce qui avait été utilisé jusque là : c'est un contrôle de la pensée unique dès la naissance des individus. Modification profonde des processus cognitifs, altérations de la pensée et des visions photopique et périphérique : il y a illusion de la vie et quasi vision artificielle. L'homme est un robot vivant...

  - Ah ah ! Tu as oublié la disparition des livres et des journaux, des noms de couleurs, et du souvenir d'œuvres engagées telles 1984 ou Fahrenheit 451... De toutes manières, le Dernier Conflit avait déjà fait disparaitre la plupart de ces choses. J'ai essayé de reconstruire en neuf et... en mieux ! Sais-tu où se glisse la folie des hommes, Arthur ? Et bien, elle est justement sous nos yeux : des millions d'âmes toujours prêtes à se consumer dans le feu du passé pour croire à un hypothétique renouveau. Tel Néron, il me suffirait à l'instant présent d'accuser n'importe qui d'avoir provoqué cet incendie pour déclencher des semaines ou des années de chasse à l'homme. Il leur faut un coupable, une victime expiatoire... Ne leur pardonnez-pas, car ils sont responsables !

  Rainbow jeta un œil craintif sur les badauds qui assistaient au ballet de l'eau et du feu, et ne put s'empêcher de penser que, quelque part dans sa mégalomanie, White avait raison, ce qui lui souleva le cœur.




  3. Ceinture bleue


  Light Blue s'était blotti contre un mur, à l'angle du long couloir qui menait directement à la sous-section à l'Energie. Il transpirait. Sa main serra un instant les ciseaux dans sa poche, puis il s'élança...

  Le premier accès était simplifié par le fait qu'il avait récupéré le trousseau du garde assassiné : l'une des clés ouvrit le plus simplement du monde la lourde double porte coupe-feu verrouillée automatiquement par l'alarme du Cube, qui s'était coupée il y a quelques minutes. Il entra dans un premier sas, qui servait habituellement de pallier de nettoyage et de remplissage des différents documents d'accréditation officiels. En face de lui, de l'autre côté d'un vaste et épais mur métallique et concentrique entrecoupé de lucarnes, s'élevaient les deux moteurs fissiles thermiques qui assuraient l'alimentation électrique du Cube et des deux-tiers de la ville. Ce que n'avait pas prévu Light, c'est que cinq hommes tous vêtus de combinaison isolante s'y trouvent encore...

  Ils ne l'avaient pas vu ni entendu entrer, en raison du bruit produit par la rotation des turbines et de l'isolement relatif entretenu par l'épaisse paroi qui séparait les deux zones. Light Blue était même convaincu qu'ils n'entendaient rien de l'alarme incendie, ou ne s'en souciaient guère, et que là était bien son unique chance. Une lumière bleutée diffuse se miroitait dans la tour aéroréfrigérante et la condensation produite par la vaporisation de l'eau, qui perlait sur les vitres de chaque lucarne comme autant de petites taches de rosée azurées.




Genève. Le jet d'eau s'illumine des couleurs du drapeau indien pour fêter le festival international Medias Nord Sud.

Photo: Laurent Guiraud.

Sources :
http://macadam.blog.tdg.ch/archive/2007/10/02/le-jet-d-eau-aux-couleurs-indiennes.html

 

Commenter cet article