III. LA LIBERTE DES COULEURS (10)

Publié le par Philtomb

   18. Ambre gris


  Il étouffait. La pression montait à son visage comme un feu gagnant les cimes des arbres, afin de mieux se répandre, poussé par un vent haineux et destructeur. La rage et la colère le faisant transpirer, il avait arraché le dernier bouton du col de sa tenue réglementaire, et dégrafé son col de chemise.


  Il ne comprenait plus.


  Une poignée de minutes plus tôt, une poigne de fer s'était saisie de sa gorge au moment où il avait enfin rattrapé l'employé matricule 4444D3, Light Blue. La luminosité grise argentée et le fait de poursuivre des couloirs froids et déserts n'y changeaient rien, car il n'avait ni vu ni entendu son agresseur...


  Ainsi le Glacier était des leurs ; ça lui paraissait désormais une évidence, mais comment n'avait-il pas jugé bon de le suspecter plus tôt ? Comme les autres, sans doute, on l'avait trompé sur les sens : le gustatif et l'olfactif en lieu et place du visuel... Fichue chimio réception ! La satiété du corps n'aurait jamais dû tromper son intuition : il avait failli à sa tâche.


  Il avait lutté quelques poignées de secondes mais c'était inutile et épuisant : son entrainement militaire ne lui servait à rien, et il n'était de toute manière pas un commando mais un fonctionnaire d'état habile. Le glacier le soulevait du sol et le trainait en dépit de sa volonté. Il grogna et gesticula pour se défaire de l'emprise, sans succès...


  Une flamme s'alluma dans une pénombre anthracite. Il distingua le visage de Light Blue, puis le regard puissant de l'homme qui l'enserrait. Il crut y voir le regard plein de reproches de son père et une boule monta du fond de son estomac vers sa gorge.


  Pour l'une des rares fois de sa vie, il eut peur. Sa main chercha un appui et ne rencontra que le vide.


  Et sans autre forme d'explication, l'étau se relâcha ; il tomba accroupi, resta à genoux pour reprendre sa respiration de longues minutes...


  Il tendit l'oreille. Rien.


  Il était seul.


  Abandonné ?


  Il distingua un parfum fugitif, et laissa son corps flotter sur cette concrétion de peurs, de ressentis et d'espoirs indéfinissables.




Le Glacier Gris (Grey Glaciar), situé en Patagonie (Campo de hielo Sur) entre Chili et Argentine. 

Sources : http://en.wikipedia.org/wiki/Grey_Glacier et http://glaciers.climat.free.fr/Trekking_en_Patagonie/Trekking_en_Patagonie.html




 19. Carreaux


  Les deux hommes circulaient entre les arbres, explorant une terra incognita. Les orangers leurs semblaient figés comme autant de mystérieuses sentinelles, gardiennes d'un sanctuaire ancien et perdu, et plongées dans un sommeil millénaire. Les ombres vacillantes renvoyées sur les carreaux de la serre rendaient à la scène une folie expressionniste abstraite. Des motifs à la géométrie absurde s'étiraient jusqu'à être remplacés par d'autres, ou simplement disparaitre. Les feuillages difformes et des troncs grotesques oppressaient des visiteurs du soir qui avançaient pourtant dans une organisation ornementale digne d'un jardin à la française. Tout y était apparence de symétries et de diagonales folles, pour un échiquier floral où s'exprimait inexorablement le désir de White de triompher du désordre. La culture contre la nature sauvage, en quelque sorte.

  A la flamme de leur briquet et de leur lampe de poche, les explorateurs accidentels distinguèrent une volée de marches grisâtres descendantes. L'entrée de la crypte sembla à Light Blue être l'antichambre des Enfers, mais, en un seul geste, le Glacier avait posé le pied sur la première marche et l'invitait du regard à le suivre, ce à quoi il n'osa pas répondre par la négative.

  La première chose qu'il distingua en bas des marches fut un disque étrange, divisé en sept portions égales, monté sur un petit mécanisme lui permettant de tourner sur lui-même. Il lu en dessous l'inscription « Disque de Newton ».

  Ce nom lui disait vaguement quelque chose, sans plus de précisions. Il leva les yeux et distingua les premiers mètres d'une salle voutée qui lui paraissait immense. Des milliers d'objets leurs apparurent.

 

Commenter cet article