EPILOGUE (4) et FIN...

Publié le par Philtomb

  5. Polychrome...



  J'ai enfin compris, mais j'ai chèrement payé cet acquis de connaissance.

  Ils m'oublieront et recommenceront leur vie autrement.

  Ils m'effaceront sans doute de leurs manuels d'histoire, ou noirciront ma mémoire. C'est logique : j'ai perdu, en quelque sorte.

  Mais rien ne se perd.... Tout se transforme.

  J'ai donc cru disparaitre. Mon corps, éclaté comme une mosaïque.

  En un flash...

  Mais non, car on m'a repêché, sérieusement blessé et à bout de forces.

  Je me suis retiré du monde, sur une île aux vestiges anciens.

 J'ai écrit et l'on m'a tenu informé du monde, et aussi de mon monde.

 J'ai discuté, mangé et échangé avec tous ceux qui ont bien accepté de me voir et de me comprendre.

 Certains ont voulu devenir mes disciples.

 D'autres ont eu peur de moi. Ils ne voulaient plus me voir en Peinture.

 Je ne suis pas un Dieu, ni un Homme.

 Je suis et demeurerai probablement une énigme.

Je suis venu.
J'ai vu.
Je m'en suis allé.

 Criminel, meurtrier, ouvrier, poète, homme politique ?

 Le soleil se lève de nouveau. Je le sens sur ma peau...

 Le flot roule et le ressac brise coquillages et algues, je l'entends.

 Ma fille frappe à ma porte, ouvre et m'apporte un petit déjeuner.

 Cela sent bon.

 Une bise. Elle me touche en posant sa main sur mon épaule.

 Elle m'appelle « Papa » et à chaque fois une boule monte du fond de ma gorge. Je fais comme si de rien n'était...

 Je devine que son corps a grandi, que sa voix a changé : c'est presque une femme désormais.

 Plus tard dans la journée, je verrai mon frère et nous écrirons le récit détaillé de ces dernières années. J'expliquerai...

 Pour l'instant je laisse Lemon finir d'écrire, lui aussi, son propre récit.

 C'est lui qui retranscrit ces quelques pensées, qui ordonne ces quelques mots.

 Mes yeux ont été brûlés dans l'accident de mon avion.

 Mais je suis heureux, j'aime et l'on m'aime.

 Décidément, le bonheur est aveugle,
 Et l'on peut voir de bien des façons...

 






La fille aveugle de J. E. Millais (1856).


Sources :
  http://fr.wikipedia.org/wiki/Non-voyant

 

 

 

 






FIN

Commenter cet article