EPILOGUE : LE LANGAGE DES COULEURS (2)

Publié le par Philtomb

  3. Grand Œuvre


- J'avais trouvé le sens de ma vie. Ainsi éternelle, du mois le croyais-je, fou que j'étais ! Tout ce qui est touché par l'Amour devient de l'or, certes, mais ce bonheur n'est qu'éphémère...

 Pour Eux, j'incarnais ce Bonheur : une sorte de cinquième élément. La Panacée, comme certains journalistes l'ont alors écrit...

 White jeta un œil à son entourage ; aucun n'avait relevé l'ironie.

 Alors nous avons tout récréé : une ville, un Etat, un Monde, des lois, une discipline, et un contrôle strict. Pour cela, un Ministère et une Police, une voix officielle et un contrôle des réseaux des télécommunications et des médias.

Et une idée supplémentaire...

- Je préférerais l'oublier... glissa Arthur Rainbow, gêné.

- Les Couleurs ? demanda Flag, les yeux brillants de curiosité.

- Oui. Nous cherchions un mode de contrôle parfait et Arthur avait commencé à réfléchir à la question : son livre était dirigé.

- Mon Encyclopédie des Couleurs n'avait pas pour but de...

- C'est un brillant traité du sujet : tout y figure ! Le hasard a fait qu'un chantier de construction a mis à jour un lieu préservé des destructions, contenant des vestiges du passé : un Musée. J'y ai fait venir des milliers d'objets, tous éminemment symboliques, et nos ingénieurs ont trouvé le moyen de fausser la perception visuelle humaine, en plein jour comme de nuit. De simples projecteurs et quelques médicaments suffisaient...

- De la folie ! s'exclama Lemon Yellow. Chaque habitant de cette ville de moins de trente ans ne peut donc rien voir d'autre que la vie en une seule couleur, si j'en crois ce que la Commandante m'a expliqué ?

- Je vois que tu es bien renseigné, jeune homme... C'est donc exact ! Ce qui, tu t'en persuaderas toi-même, fut une expérience intéressante...

- Une monstruosité, oui, ou une aliénation ! cria Emerald.

- Rien d'autre qu'un contrôle, corrigea White. Et une amélioration, à vrai dire, du moins pour certains...

- Comment cela ?

- C'est assez simple à expliquer : penses-tu, ma très chère fille, que chaque être humain est totalement égal face au monde des couleurs ? Il n'en est rien : la différence de perception des couleurs varie naturellement, sans cesse et partout. Selon les gens, selon chaque œil d'une même personne, selon la température, selon la luminosité, selon le degré de sensibilité ou l'humeur, selon l'intérêt accordé à ce monde, et je ne parle pas des diverses maladies ni des anomalies de perception...

- Est-ce une raison pour...

- Pour rendre à tout le monde une part équitable ?

- Pour lui ôter l'impression, la sensation, la réalité même de notre monde !

- Quelle réalité ? Celle du béton, des fumées et du bitume ? Celle qui nous dit que l'eau est bleue et l'herbe verte ? Celle imaginée par un artiste ou un coloriste ? Chacun impose finalement son point de vue et sa manière de faire voir, alors pourquoi pas moi ?

- Et le Cube ? questionna Flag.

- Ah oui, le Cube... Encore une idée de mon frère...

- Encore une idée détournée, tu veux dire, ironisa Rainbow.

- Chaque nouvelle civilisation a construit un nouveau type de bâtiment, ou amélioré l'architecture ancienne. Chacune a adopté également une construction symbolique, siège du pouvoir, de la religion et de la représentation : pyramide, temple, château, église et cathédrale, siège social ou building. Le Cube est tout cela à la fois, doublé d'un Musée et d'une serre. Tous les éléments y sont réunis... Et cette nuit plus que jamais.

- La terre, le feu, l'eau et l'air...

- Et Elle était le cinquième élément... Un Rubis. Puis une Emeraude.


White regarda Emerald intensément, fiévreusement, porta la main à sa tête, et retomba sur la banquette, épuisé.

  






   La rose rouge...


Sources :
  http://jmg.j.m.pic.centerblog.net/6z2fog1t.jpg

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article